mardi 31 mars 2020

Ateliers Son'Oulipo à Pantin

Son'Oulipo 



ateliers d'improvisation musicale et d'écriture sous contrainte à Pantin
depuis 2016 avec la ville de Pantin, les maisons de quartier Diderot et Quatre Chemins  de la ville
la Dynamo de Banlieues Bleus, asso MURR, bailleurs sociaux, associations locales, bénévoles, adhérents de l'association "les Musiques à Ouïr" et les participants aux ateliers.

en ce moment, il y a des ateliers en ligne /  les mercredis et samedi de 15h00 à 16h30

lien skype :

charolles1


ci joint des photos , dessins des ateliers depuis 2016 ....





9 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Denis : mes textes de mercredi 1 er avril et samedi 4 avril / skype avec Guilhemette,Françoise, Florence et Marielle


    à dire les dents serrées : et potentiellement à continuer:

    le dessert euphorisant que goutte l'être de Néandertal instruit
    est une sardine élastique irssute, dorée à la sauce nougat.

    Drolatique énergisante, nageant à la surface aigüe de la stratosphère
    la sardine électrique se rit du monde des gisants
    elle que la destinée a choisi de mener haut, loin et fort.


    texte à continuer:

    j'ai le syndrôme de Diogène
    je rassemble tous les fils électriques que je rencontre et qui inondent la surface de la terre
    je les accumule
    si j'en vois un fuyant ici ou là, je le saisis et lui tire dessus afin de me l'enrouler autour du corps et ainsi vêtu
    rentrer au logis, m'en déshabiller. j'accumule ainsi les fils perdus de la terre.
    il m'arrive de devoir recommencer cela plusieurs fois dans la même journée
    ..........

    RépondreSupprimer
  3. sujet du prochain atelier : cette première partie d'un très beau poème de Bernard Manciet issu du poème " Chant Premier"

    CHANT PREMIER

    L'altitonante loi dans son cycle d'éclairs
    ensemble refroissés en cité d'innombrables
    tous cercles confondus, distincts en leur sens strict,
    à chacun son éclat de toute la bourrasque,
    sources ronds qui de mises à feu s'étalent,
    source seule où s'écroule le clair virement,
    Dieu crée de ses dons, soleil de ses tranchants,
    étés de toute race y jettent leur naissance
    et comme sur la mer soudain nuage ombreux
    le geste seigneurial est la circonférence
    de ce brillant comprendre où le pian de déchire.





    par ailleurs, ci joint le lien vers le texte pangolin de Fantazio



    https://monpangolindavril.tumblr.com/post/615369072766550016

    à samedi ....


    RépondreSupprimer



  4. " Ouli Pangolin"

    texte de Yann JAOUEN, écrit le mercredi 15 avril 2020


    Il connaissait l'Afrique et l'Asie
    Où il avait de nombreux cousins.
    Drôle de famille que celle des pangolins,
    animal jovial mais qui, parfois, s'ennuie.

    Il rêvait de visiter (la) Pentagonie
    Perle du continent américain
    Selon les dires d'un ami Arménien
    qui y avait été adjudant d'artillerie

    Après en avoir discuté entre amis
    Ils prirent leur décision au petit matin
    Tous ensemble, demain nous prendrons le train
    Foi de pangolin, virus et chauve-souris !

    Ils partirent, donc, ensemble, joyeuse compagnie
    s'imaginant aller prendre leur bain
    Tous rigolant, un verre d'eau à la main
    dans des eaux plus turquoise que celles de Tahiti

    Direction, tout d'abord, vers l'Italie
    Où ils avaient des contacts Siciliens
    Qui les cachèrent dans un sous-marin
    Pour une croisière vers le paradis

    Mais arrivés juste en face du Chili
    Une tempête d'une force digne des dieux germains
    fit faire le tour de la terre à la bande de copains
    Et les envoya visiter tous les pays

    Et tout en surfant sur ce tsunami
    Ils découvrirent que le sujet humain
    Est quand même un drôle de paroissien
    Qui de la terre a fait sa déchetterie

    RépondreSupprimer
  5. à partir de titres de films d'Ingmar Bergman, un texte de Guilhemette Kerbourc'h


    Les communiants sortaient des ténèbres en musique

    pour prendre le mail de la source sur droite.

    Les mégères sur le passage criaient et chuchotaient à la fois

    " mille et un mécréants" "mille soixante judas".

    A son balcon Monica fumait et savourait alternativement les fraises

    en souriant à ses années passées en prison.

    nostalgie quand tu nous tiens!. son mariage forcé l'automne de ses 15 ans

    ruina son existence et en une scène conjugale laborieuse elle

    tua son mari . délivrance.

    ne vous mariez pas c'est une source d'embettement.

    les film de bergman ont souvent montré l'envers sauvage

    de la vie amère à beaucoup.

    Ingmar cachait son jeu

    RépondreSupprimer
  6. abécedaire de Guilhemette Kerbourc'h



    l'alligot filé en cedille

    tombe en ilôt

    sur le kremlin lointain

    un brin de xérès hache

    le gôut usuel et sauve

    La momie noémie en zébulon de valeur

    un joli drône perce de l'ylliaque la queue

    et le rase en wagon d'elfe.

    RépondreSupprimer
  7. il y a une drôle d'odeur dans la cuisine Guilhemette Kerbourc'h

    Dommage où ranger tout cela

    restera-t-il de la place pour mon âme

    reste-t-il du pastis à Amsterdam

    la lumière éclaire ce que je ne vois pas

    j'ai perdu la bobine du temps qui court

    il y a une drôle d'odeur dans la cuisine

    RépondreSupprimer
  8. à partir de mon prénom : Françoise Sillau

    Iris : mon étoile éveillée, rutilante et radieuse dans un ciel sans nuage,
    sans colère, irréel, incertain pourtant.
    Tu as la saveur sucrée de la fraise mûrie au soleil de l’été,
    loin de la rage de l’orage fou, acariâtre, qui réduit à néant sans calcul,
    le nid de l’oiseau sur l’olivier, mauvaise farce de l’été à l’arrêt.

    RépondreSupprimer
  9. Haïkus de Françoise Sillau

    Tablier tâché
    Rouges sont les framboises
    Un tableau d’été

    Bols dépareillés
    Nappe aux couleurs disparues
    Brioche dorée


    "Haïkus qui m'évoquent" de Françoise Sillau

    Envie de partir
    La mer au bout du chemin
    Le sable envolé

    Echappée fugace
    Loin de ce temps suspendu
    Une éternité

    Voyage immobile
    Tournent rêves insensés
    Je suis arrivée

    RépondreSupprimer